Article

Prélude

Prélude

Publié par Gabriel Epixem

Prélude d’un été, j’écoute et tu résonnes,
Toutes mes erreurs, mes écarts, tu les chantonnes;
Prélude d’une acuité, conte-moi encore
Mes doutes, éclaire-moi pour enfin éclore.

Conscients de nos impairs, conscients de nos faux pas,
Mais un jour, se rapprocher de tous nos poèmes;
Parfois, le soir sous un air de Bach, tu liras,
Tu comprendras, tu découvriras leurs morphèmes.

Prélude d’un espoir, prélude d’un devoir,
Oui c’est enfin l’heure, non tu n’es pas meilleur;
Parfois dans un miroir, parfois juste entrevoir
Dans notre brouillard, au loin du phare, sa fleur.

Conscients d’un autre temps, conscients d’un autre vent,
Voguer vers la raison, vers une autre saison;
Vers un deuxième étang, vers un nouvel élan,
Le prélude d’un son, prélude d’un rebond.

Auteur: Gabriel Epixem - Fin du texte

Un commentaire sur “Prélude”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les commentaires sont modérés et vous restez entièrement responsable du contenu de vos commentaires. Les champs obligatoires sont indiqués avec *