Article

Persévérer ou pas

Persévérer ou pas

Publié par Gabriel Epixem

Persévérer. Mais de quoi parle-t-on au juste ?
Il ne s’agit surtout pas de persévérer sur tout ou n’importe quoi. Il ne s’agit pas non plus de persévérer sans se préoccuper de ce monde. Sans se préoccuper des autres. Sans se préoccuper de la nature elle-même. Et sans se préoccuper de nous-même.
Non, il ne s’agit pas d’avancer aveuglement vers notre précipice. Il ne s’agit pas non plus de précipiter le monde dans son précipice.

Ainsi, le mot persévérer peut être interprété de plusieurs manières. Un peu comme cela nous arrange. Un peu comme Sisyphe qui persévère à gravir cette montagne sans s’interroger sur sa propre pierre.
Nous ne sommes pas des ânes. En tout cas, je l’espère.

Alors. Persévérer à quoi au juste ?
Peut-être. Persévérer simplement à vouloir s’améliorer. Oui, surtout continuer. Oui, essayer à nouveau. Se relever encore. Changer si il le faut. Et ne pas déranger de trop. Oui, ne pas perturber de trop. Et ainsi pouvoir progresser ensembles.
Toujours approfondir. Surtout, réfléchir. Écrire peut-être. Lire encore. Oui, faire corps. Oui, s’unir. Et reconstruire. Et devenir, peut-être enfin.

Certaines questions semblent bien trop complexes. Elles restent. Certaines réponses sont bien trop éloignées. Il semble que cela soit même acté. Nous ne pouvons effectivement pas tout comprendre. Ou même tout entendre.
Nous ne pouvons pas être certain que nous sommes véritablement sur le bon chemin. Mais il faut bien en choisir un. Oui, il faut bien avancer. Enfin. Alors, quitte à se tromper de chemin, autant qu’il nous offre un peu d’espoir. Alors, quitte à se tromper de destin, autant transmette un peu de notre espoir. Avant de dire simplement, un jour, au revoir.
Oui, comme évoqué précédemment dans un de mes textes « Derrière ce mur », nous ne savons pas… Et oui, le constat est toujours le même.

Alors. Être nous-même, tout en restant alerte, sans empêcher le monde de l’être. C’est peut-être le seul moyen de vraiment l’être. Oui, il ne s’agit surtout pas de persévérer sans se préoccuper du monde et sans même se préoccuper de soi.

Alors. Oui, simplement. Peut-être. Changer avec le monde. Et non changer le monde. Oui, simplement. Peut-être. Mais ceci est aussi une autre histoire.

Auteur: Gabriel Epixem - Fin du texte

3 commentaires sur “Persévérer ou pas”

  1. Commentaire

    Très beau texte avec peut-être une teinte un peu fataliste !
    Je dirais que, si aujourd’hui on sait à peu près tout de la vie, persévérer est indispensable pour se débarasser de toutes ces mauvaises habitudes qui nous polluent et ainsi trouver la vie encore plus belle !

  2. Commentaire

    Merci pour ce texte.
    Persévérer , oui
    Mais si on ne peut changer le monde, on peut changer soi-même.
    Qu’est ce qui est le plus important ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les commentaires sont modérés et vous restez entièrement responsable du contenu de vos commentaires. Les champs obligatoires sont indiqués avec *