Article

Comme un épicène

Comme un épicène

Publié par Gabriel Epixem

Au fond de nos yeux,
je pose nos cieux,
Comme un doux poème
Qui devient emblème.

Ne fuis pas ces mots,
Ils sont nos échos,
Car on entre en scène
comme un épicène.

Loin dans ce regard,
Comme un fin buvard,
Je vois ma comptine
Qui devient racine.

Ne fuis pas le lien
Vers ton musicien,
Ouvre enfin l’entrée
De notre musée.

Rien dans ce miroir
Ne pourra pleuvoir,
Ni même une larme,
Ni notre vacarme.

Ne fuis pas le son
De ce doux frisson
Dans cette ruelle,
Notre habituelle.

Avant de sceller
Ce vers sans fêler,
Regarde et chantonne
Le dernier qui sonne.

Ne fuis pas ce cor,
Ce nouvel accord,
Tu es son excuse,
Tu deviens sa muse.

Auteur: Gabriel Epixem - Fin du texte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les commentaires sont modérés et vous restez entièrement responsable du contenu de vos commentaires. Les champs obligatoires sont indiqués avec *